Etude et livre blanc sur les Fake News par HEIDERICH et VISIBRAIN
Home Communication
de crise
Relations Publics et
communication sensible
Gestion de crise Média training
de crise
Exercices de simulation de crise Equipe
& contact
Actualité R&D
English | العربية | Benelux et U.E | Tel : +33 (0)7 82 03 92 43 Mail : contact@heiderich.fr

| Références

 
 
  Etude et livre blanc sur les Fakes News
 

 

Une étude HEIDERICH X VISIBRAIN qui analyse le phénomène des Fake News de 2016 à 2019.

L’objectif est d’apporter une compréhension des enjeux pour les entreprises et organisations, et aussi de leur fournir les clés pour pouvoir protéger leur réputation et préserver la confiance des parties prenantes.

Les Fake News sont devenues un véritable problème de société. Ce constat est confirmé par une augmentation continue des conversations depuis 2016. La plus forte montée a d’ailleurs été celle de 2016 à 2017, où cinq fois plus de tweets sur les Fake News ont été publiés dans le monde et deux fois plus en France.

 

45 millions de tweets publiés sur les Fake News en 2019
 

Depuis le début de l’année 2019, pas moins de 45 541 310 tweets ont été publiés sur les Fake News dans le monde, soit 30% de plus qu’en 2018 sur la même période. Cette tendance se confirme en France, avec 1,7 million de tweets publiés en 2019.

Les Fake News se sont imposées comme un facteur de crise au sein de notre société. La peur, les émotions et le climat sensible ont contribué à un nombre important de Fake News.
En 2019, + 30% de tweets ont évoqué les « Fake News », par rapport à 2018.

L’étude confirme ainsi l’accélération du phénomène Fake News, qui touche de plus en plus les entreprises et les marques. Elle définit les mécanismes qui les façonnent, tels que le croisement des oppositions, la complicité du relais, le danger des algorithmes ou encore la façon dont l’esthétisation des Fake News participe à leur propagation.

On note cependant la plus forte progression des Tweets concernant les Fake News entre 2016 et 2017

 

Les secteurs les plus touchés par les Fake News

La politique reste le milieu le plus touché par les Fake News, mais au fur et à mesure le phénomène s’est étendu à d’autres univers. C’est le cas notamment du secteur de la santé, qui a été l’industrie la plus touchée en 2018.


 

La classification Heiderich / Visibrain des Fake News

Heiderich et Visibrain ont réalisé une classification des différents types de Fake News, afin de mieux comprendre leur intensité. Ici, deux variables sont à prendre en considération :

- La méthode de fabrication de la Fake News : faisons-nous face à des faits erronés, truqués ou bien à une imitation des codes ?

- L’intention de la Fake News : est-elle ludique, satirique ou bien idéologique (qui a pour but de nuire) ?

Ces deux variables fonctionnent de pair. L’intention donnée à une Fake News définit son degré de gravité et la méthode de fabrication lui confère toute sa vraisemblance et facilite sa propagation.

 

Echelle de gravité des Fake News

L'impact négatif d'une Fake News n'est pas exclusivement le fruit d'un volume, mais également ce qu'elle met en cause, particulièrement lorsqu'il s'agit du coeur de métier.


Code couleurs :

Rouge : graves conséquences pour la marque/institution

Orange : moyennes conséquences pour la marque/institution

Vert : faibles conséquences pour la marque/institution

 


Les enseignements tirés de l’étude de Visibrain et Heiderich


- 01 - La politique n’a plus le monopole des Fake News

- 02 - Le relai d’une Fake News est aussi responsable que l’émetteur

- 03 - Les preuves seules ne suffisent plus à décrédibiliser une Fake News

- 04 - Les bulles socio-culturelles favorisent la prolifération de Fake News

- 05 - Les Fake News se nourrissent des détails

- 06 - Les Fake News exploitent les réseaux sociaux plus que jamais

 

Les conseils de Visibrain et Heiderich pour 2020

Dans leur livre blanc, consacré à l’étude du phénomène des Fake News en ligne, Visibrain et Heiderich définissent 6 conseils que les marques devront prendre en considération pour 2020.

- 01 - Ajoutez les Fake News à votre cartographie des risques

Pour 2020, intégrez le « risque Fake News » à votre spectre de risques potentiels. Personne n’est à l’abris, mais rassurez-vous les Fake News ne sont pas une fatalité. Il est possible de les détecter à temps, avant qu’elles ne buzzent, afin de réagir vite !

- 02 - Anticiper pour mieux maîtriser

Identifier une Fake News avant qu’elle ne buzze, tel est le challenge sur les réseaux sociaux. Une veille parfaitement paramétrée de vos sujets sur les réseaux sociaux combiné à un système d’alertes en temps réel, dès qu’une anomalie est détectée, vous assurera un maximum de réactivité an cas de Fake News.

- 03 - Mesurer l’impact d’une Fake News

Pris dans le tourbillon des réseaux sociaux, il devient très vite complexe de comprendre quels sont les tenants et aboutissants d’une crise. Qui en parle ? L’information s’est-elle déplacée d’une communauté à une autre ou est-elle cantonnée à une seule ? Tous ces éléments sont indispensables pour juger le degré de gravité d’une Fake News et ainsi adapter ses réponses.

- 04 - Détecter les communautés « à risques »

Les Fake News ont tendance à devenir virale assez rapidement. Le but, pour maîtriser une Fake News, est d’empêcher qu’elle ne contamine d’autres communautés. Pour stopper cette circulation de la fausse information, la veille est votre meilleur allié.

- 05 - Démentir ou laisser courir ?

Tout dépend du degré de gravité de la Fake News. Si cette dernière tend à être virale et qu’elle impact différentes communautés, il est souvent conseillé de démentir. Certes, le démenti ne suffira pas à faire taire la rumeur, mais ne pas démentir c’est aussi accepter qu’une trace numérique pollue à long terme votre réputation.

- 06 - Ne pas s’acharner pour ne pas relancer

Les preuves seules ne suffisent plus à faire taire une Fake News, comme nous vous l’avons dit précédemment. Ce conseil est à intégrer d’urgence pour ne pas tomber dans une psychose de la Fake News. Il est ainsi essentiel de se préparer à affronter la paresse cognitive et l’enfermement idéologique.

 

Télécharger l'étude, PDF, 45 pages
(Depuis le site Web de Visibrain)

 

 

 

En téléchargement

 

Télécharger l'étude, PDF, 45 pages
(Depuis le site Web de Visibrain)


 

Formation "Gérer une crise Fake News"

Une formation de 1 jour destinée à faire face à une Fake News

Fortement individualisée avec un nombre de places limitée à 6 personnes , entre méthodologie, exercices et conseils, cette formation à la lutte contre les Fake News est destinée à apporter des réponses concrètes aux communicants :

• L’évaluation d’une Fake News

• La préparation en amont des services de communication

• La prise de décision communicationnelle face à une Fake News

• La stratégie de réponse à une Fake News, la planification et les messages à adopter.

> Plus d'informations sur la formation "Fake News"



©H

La presse en parle

Stratégies  - Fake news : comment s’en protéger quand on est une marque ? Interviews de Natalie Maroun, directrice associée par Ambrine Ziani -  Lire et voir

CB News "Fake News : +30% de tweets en 2019 vs 2018" - Lire

e-Marketing "Comment anticiper les fake news ?" - Lire

l'Opinion "Les entreprises, futures proies des fake news" - Lire

 

 

   
 

COMMUNICATION EN SITUATION DE CRISE

MEDIA TRAINING DE CRISE

PRISE  DE PAROLE EN PUBLIC

RELATIONS PUBLICS SENSIBLES

GESTION DE CRISE

RELATIONS PRESSE

STRATEGIE DIGITALE

GESTION DES CRISES AGROALIMENTAIRES

Nous

EQUIPE

RESEAU

CONTACT

 

Catalogue de formations

FORMATION A LA GESTION DE CRISE

FORMATION A LA COMMUNICATION DE CRISE

FORMATION INTERMINISTERIELLE DE CRISE

FORMATIONS INTRA EN GESTION DE CRISE

Voir aussi

Magazine de la communication de crise et sensible

 

 

Contacts :

Conseil, formation, presse contact[AT]heiderich.fr
33 07 82 03 92 43

 

Natalie Maroun, directrice conseil
natalie.maroun@heiderich.fr 
+33 (0)6 07 86 18 89

 


 

 

 

 

Heiderich Consultants - © 2006 - 2019 - Tous droits réservés par HEIDERICH SAS

Les textes et méthodes présentés sur ce site sont protégées conformément au Code de la Propriété Intellectuelle. Toute utilisation, reproduction ou représentation des textes ou méthodes présentés sous toute forme, y compris numérique, est interdite. Toute citation ou adaptation de tout ou partie des textes présentés requiert l'autorisation explicite des auteurs.